Art-thérapie d'éveil | Définition

C'est une approche d’accompagnement de la personne ou d'un groupe vers la conscience de leur potentiel créatif en tant que force d'éveil, et donc de guérison. Elle vise le mieux-être émotionnel et existentiel grâce à la vision de beauté de sa propre création artistique. (En savoir plus ici )
Le pouvoir thérapeutique de l’art
Il remonte sans doute à l’art rupestre. Et s'il n’existait pas sous la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, il y avait un pouvoir guérisseur accordé naturellement à l’acte créatif. Un pouvoir inscrit dans des rituels qui montrent que l’art servait déjà de support de médiation entre l’être humain et les forces mystérieuses de la vie.

peinture primitive Repères historiques
La peinture primitive et les rituels associés dans certaines tribus, témoignent du pouvoir sacré accordé à l'art.
Les aborigènes d’Australie, les indiens navajos, comme la plupart des adeptes du l’art sacré (hindous, bouddhistes…), font de l’art un support de guérison à la fois complexe et ritualisé, loin de tout ce qu’enseignent les écoles et universités occidentales.
La France n’a accueilli que tardivement la dimension curative de l’art, lui apportant frileusement une reconnaissance, déclenchée en partie par l'artiste Jean Dubuffet, qui a largement contribué au milieu du siècle à montrer au public les productions de personnes internées en hôpital psychiatrique, qu’il nomme l’art brut…
Depuis, la guérison par l’art fait son chemin. Elle est sortie hors des murs qui la confinaient aux seuls handicapés mentaux et artistes en marge, pour finalement arriver aujourd’hui à accéder à vous et moi, en tant qu’outil de médiation, à même de libérer la créativité à des fins librement thérapeutiques ou de connaissance de soi.

De l’art-thérapie conventionnelle
Elle est perçue comme une méthode d’approche des troubles mentaux et du mal-être , utilisant la création artistique comme vecteur thérapeutique.
L’art, en tant qu’expression artistique, est l’axe commun à tous les ateliers et écoles d’art-thérapie : peinture, modelage, collage, théâtre, musique, danse…
Les écoles spécialisées se distinguent et divergentpar les approches et techniques thérapeutiques auxquelles elles se réfèrent. Psychanalytiques ? Cognitivo-comportementales ? Systémiques ? Humanistes ? Autres ?
Tyrannie des écoles conventionnelles
Les écoles d'art-thérapie dites "conventionnelles" sont rattachées pour la plupart à la psychanalyse et tendent à stigmatiser les nouvelles méthodes, souvent simplifiées, qui font appel à d’autres approches de la souffrance humaine que la psychothérapie traditionnelle... Certaines d’entre elles vont jusqu’à traiter les techniques novatrices de dérive sectaire. Ce qui est désolant. Cette attitude empreinte de préjugés, va à l’encontre même de la dynamique d’évolution de la société, dès lors où la vie mentale et physique d’autres personnes n’est pas mise en danger, et que de surcroît, le public y accorde un intérêt certain.
Je rappelle et rappelerai souvent que l'authenticité de présence dans l'amour, la liberté et la créativité,
est le pilier de l'accompagnement, qu'il soit à visée artistique, pédagogique, thérapeutique ou spirituel.
Le recours à des idées novatrices est une nécessité du progrès, et certes, il faut du temps pour les intégrer…
Ainsi, est-il nécessaire d’apporter une juste considération à l’égard d’une frange importante de la population, sensible précisément à d’autres techniques d’approche thérapeutiques, préférant frapper à la porte de l’art-thérapeute qui travaille avec son cœur plutôt qu’à celle qui affiche diplômes et médailles. C’est le principe même de la liberté.
Nous avons certainement un grand intérêt à accueillir la liberté du citoyen, de lui permettre de choisir une approche de la guérison qui réponde à sa sensibilité et ses convictions profondes.
La guérison de l’être psychologique en souffrance, et les multiples techniques d’approche pour l’accompagner, ne sont pas et ne peuvent pas toujours être rationnelles. Une personne naturellement chaleureuse et empathique n’est pas moins compétente qu’une personne diplômée qui maitrise moult techniques d'accompagnement mais se trouve en déséquilibre masqué. La guérison psychique d'autrui passe souvent par une réelle présence d'amour à la souffrance de la personne, certes, mais également à la sienne et celle de l'Humanité.

Le but, ou plutôt la mission, voir la trans-mission, est d’éveiller authentiquement la personne à son être créateur, c'est-à-dire à l’artiste-guérisseur qui loge au plus profond de soi. Cert

es, la souffrance psychique est d’ordre relationnel. Relation à soi et à autrui et au mystère existentiel, générateur d’angoisse. Angoisse qui résulte souvent de la difficulté à accueillir sa propre énergie créatrice (spirituelle) et à agir à partir de son essentialité. Cela amène inévitablement la personne à se victimiser et désigner l’autre comme responsable...
Une personne souffrante désigne souvent l’autre et/ou l'environnement, comme responsables de ses maux. Qu’il le soit ou non, la personne qui s’assume pleinement sait voir, reconnaître et prendre clairement sa part de responsabilité, sachant faire appel à sa créativité en cas de difficulté réelle.
La créativité renforce la confiance en soi et allège le corps et l’esprit de ses peurs. Elle propose toujours de multiples issues de secours, et invite à la responsabilité. Seule l’entière responsabilité libère de la dépendance mentale, physique et émotionnelle.
Notre artiste intérieur porte une audace qui exhorte la personne à prendre sa vie en main de façon créative, libre et responsable. Voilà pourquoi elle l’invite à contacter, révéler, éveiller en pleine conscience l’artiste délaissé qui languit en elle, et qui, du reste, loge en chacun d’entre nous.

Le processus de guérison se met en place lorsque la personne accepte de voir de la beauté dans son expression picturale, que cette expression soit sombre ou lumineuse.Voir la beauté dans sa propre création, c’est voir la beauté en soi.

Quant à la spécialisation artistique, elle est généralement dispensée par des art-thérapeutes qui ont appris à développer une pratique artistique, certes, mais qui ne sont pas des artistes dans l’âme. L’artiste dans l’âme porte l'énergie créatrice en lui et la transmet avec le cœur et les "tripes", afin d’éveiller l’être créateur chez la personne.
Qui n’a pas entendu parler d’art-thérapie ?
L’intérêt croissant que lui accorde les médias, livres, revues, internet, salons de bien-être et boutiques spécialisées, montre à quel point le niveau de conscience du public a formidablement évolué.
préparatoire

L’art-thérapie s’inscrit dans la catégorie des outils fondamentaux qui peuvent accompagner un grand nombre de personnes vers la paix et l’évolution psychologique et spirituelle. Elle se fait progressivement une place dans la société en tant qu’outil complémentaire et/ou alternatif d’apaisement de la souffrance intérieure. Elle répond à une demande réelle et croissante de la population.
Que ce soit dans le théâtre, la danse la musique ou la peinture, le modelage, etc.., chacun sait aujourd’hui qu’il n’est pas tenu d’être professionnel pour s’autoriser à chanter, danser ou peindre. Que cela fait du bien de s’exprimer en toute liberté par un canal de l’art.
Les ateliers classiques d’apprentissage, qu’ils soient académiques ou pratiquent l’expression libre, ne répondent pas toujours aux besoins des personnes qui souhaitent être initiées autrement à la créativité. Qui veulent intégrer dans l’acte créatif une dimension plus profonde que celle d’un apprentissage standardisé de l’art. Qui veulent une dimension plus verticale, où le pouvoir curatif de l’art est mis en lumière. Car si le pouvoir thérapeutique de l’art est propre à l’art, cette dimension thérapeutique n’est pas vraiment reconnu ni transmise par un grand nombre d’artistes et d’enseignants.
Pourtant, l’éveil authentique par l’art est réclamé. Et la pratique de l’art-thérapie dans une démarche d’éveil, gagnerait à être valorisée davantage.
La prise impressionnante d’antidépresseurs et d’anxiolytiques de personnes devenues stressées, anxieuses ou déprimées, à cause d’un environnement qui leur est devenu hostile, nous renvoie à notre vulnérabilité et à la nécessité d’avoir recours à des procédés moins aliénants.
Nous ne sommes pas des robots programmables, dociles, exploitables à souhait, mais bien évidemment des êtres vivants, sensibles, qui avons besoin de temps de liberté et de récréation , comme les enfants. Besoin de nous reconnaître en tant qu’être créateur, de nous distraire et prendre soin de notre créativité et joie de vivre.
Les enfants sont naturellement joyeuxet créatifs lorsqu’ils se trouvent dans un environnement paisible. Ils ne le sont pas pour les autres, mais pour eux-mêmes, pour leur propre plaisir de sauter, chanter, danser, crier, dessiner, peindre et raconter des histoires à leurs amis et leurs jouets.
Prendre soin de sa santé physique, c’est bien, notre corps est certainement un temple, nous sommes d’accord, mais il importe fondamentalement de prendre soin de la vie intérieure de ce temple, et d’y mettre tout son cœur, toute sa créativité.
Avoir une maison, des biens matériels et une profession rémunératrice ne suffit pas à faire de nous des gens heureux. Le bonheur est lié à l’accueil des saisons de la vie, dans toute la beauté de leur réalité créatrice....

Les techniques d'approche artistique, thérapeutique et pédagogiques transmises à l'atelier, permettent de s'accompagner et d'accompagner en toute sécurité un grand nombre d'individus vers la conscience de notre extraordinaire pouvoir créateur.
l'art-thérapeute en relation d'éveil est en quelque sorte un artiste-guérisseur. Il va rappeler que tant que nous sommes vivants, nos potentialités créatrices œuvrent naturellement en tant que force de transformation. Et cela s'inscrit dans la réalité humaine de notre réalité humaine.
L'art-thérapeute d'éveil apporte une dimension fondamentalement humaine et sécurisante à son approche de l'accompagnement.
L'approche est spirituelle par définition puisque la créativité et la spiritualité sont fait de la même essence, comme le soulignait déjà Kandinsky dans son livre "du spirituel dans l'art, et dans la peinture en particulier". L'art-thérapeute d'éveil est ainsi fondamentalement spirituel. De de façon plus accessible, il est un humaniste dans l'âme. Il crée la vision de beauté et suscite le sentiment de transcendance.
La notion d’éveil s'active par l’intensité de présence à notre puissance créatrice. Elle est importante puisqu'elle tend à inscrire l’acte créatif dans un processus qui consiste à amener l'individu à sortir de la fausse croyance que la créativité est uniquement l’apanage d’une élite.
L’art-thérapeute d'éveil accompagne l'individu dans le fabuleux voyage au cœur de la création, lui permettant de sortir d’de l'état état d’endormissement suscité par le traumatisme existentiel, et d’entrer dans notre réalité faite d'esprit et de matière. .
Certes, le seul plaisir de créer et de se sentir créateur est thérapeutique. Certes, cela risque d’avoir un simple effet antalgique s’il ne s’inscrit pas dans le processus créatif conscientisé.
Qu’y a-t-il de plus beau et de plus rassurant que l’accueil de notre réalité existentielle comme étant inscrite dans le processus cosmologique de la création, et dont le mystère nous dépasse complètement ? L’accueil du mystère et de son dépassement guérit de l’angoisses existentielle. Cela laisse grande ouverte la porte à l’imaginaire, générant ce même sentiment de plénitude que nous ressentons par exemple en été, lorsque nous sommes allongés sur l’herbe à observer un ciel étoilé.
L’art-thérapeute d'éveil est un trans-missionnaire dont la mission est d’éveiller authentiquement l'individu à la présence de l’artiste qui loge au plus profond de soi. Il considère que la souffrance mentale renvoie à la difficulté d’agir à partir de son centre et de n’être plus authentiquement en relation de beauté avec soi-même. Cela résulte souvent de la difficulté à accueillir sa propre puissance créatrice. Et bien sûr à celle de se positionner en toute liberté pour faire des choix de vie. Sans quoi cela génère des angoisses existentielles qui entraînent inévitablement l'individu à se victimiser et désigner l’autre comme responsable.
La personne souffrante a tendance à désigner l’autre responsable de ses maux. Qu’il le soit ou non, tout individu qui s’assume pleinement sait voir, reconnaître et prendre clairement sa part de responsabilité, sachant faire appel à sa créativité en cas de difficulté réelle.
La créativité renforce la confiance en soi et allège le corps et l’esprit de ses peurs. Elle pose toujours de multiples issues de secours et invite donc à la responsabilité. Seule l’entière responsabilité libère de la dépendance mentale, physique et émotionnelle et ouvre la voie de la pleine conscience.
L’art-thérapeute d'éveil estime que notre artiste intérieur porte une audace qui exhorte l'individu à prendre sa vie en main de façon créative, libre et responsable. Voilà pourquoi il sait contacter, révéler et éveiller en pleine conscience l’artiste délaissé qui languit en soi.
L’art-thérapeute d'éveil considère que le processus de guérison se met en place, lorsque la personne accepte de voir la beauté dans son expression picturale, que cette expression soit sombre ou lumineuse.
L’art-thérapie d'éveil se fait progressivement une place dans la société en tant qu’outil complémentaire et/ou alternatif d’apaisement de la souffrance intérieure. Elle répond à une demande réelle de la population.

Que ce soit dans le théâtre, la danse la musique, la peinture, le modelage, etc.., chacun sait aujourd’hui qu’il n’est pas tenu d’être professionnel pour s’autoriser à chanter, danser ou peindre. Cela fait tout simplement du bien de s’exprimer en toute liberté par un canal d'expression artistique.
Les ateliers d'expression artistiques, académiques ou contemporains, ne répondent pas toujours aux besoins des individus qui souhaitent s'initier autrement à la créativité, notamment au pouvoir spirituel de l'art. Notamment lorsque ces derniers souhaitent intégrer dans l’acte créatif une dimension plus profonde que celle d’un apprentissage standardisé de l’l'expression artistique. Ces individus en questions, nous en l'occurrence, veulent une dimension plus verticale où le pouvoir curatif de l’art se met en lumière. Car si le pouvoir thérapeutique et spirituel de l’art est tout naturellement intrinsèque à l’art, il n’est pas vraiment reconnu et transmis par nos artistes et enseignants en tant que tel.
Pourtant, l’éveil authentique par l’art est réclamé, et la pratique de l’art-thérapie dans une démarche d’éveil gagnerait à être valorisée davantage.
Si les vertus de l’art-thérapie commencent à être reconnues, elles continuent à subir la stigmatisation d’une administration qui méconnait l’art-thérapie dans sa dimension éveillante parce que considérée comme non conventionnelle par ceux-là même qui en détiennent le monopole hiérarchique.
La prise impressionnante d’antidépresseurs et d’anxiolytiques de personnes devenues stressées, anxieuses ou déprimées à cause d’un environnement devenu hostile, est une réalité humaine alarmante qui nous renvoie à notre vulnérabilité et à la nécessité de nous éveiller.
Nous ne sommes pas des robots programmables, dociles et exploitables à souhait, c'est évident. Nous ne cessons de le rappeler et d'insister sur le fait que nous sommes bien évidemment des êtres vivants, sensibles, ayant besoin de temps de liberté et de récréation, comme les enfants. Besoin de nous reconnaître en tant qu’être créateur, de nous distraire et prendre soin de notre créativité et joie de vivre.
Les enfants sont naturellement joyeux et créatifs lorsqu’ils se trouvent dans un environnement paisible. Ils ne le sont pas pour les autres, mais pour eux-mêmes, pour leur propre plaisir de sauter, chanter, danser, crier, dessiner, peindre et raconter des histoires à leurs amis et leurs jouets.
Prendre soin de sa santé physique, c’est bien, notre corps est certainement un temple, nous sommes d’accord, mais il importe fondamentalement de prendre soin de la vie intérieure de ce temple, et d’y mettre tout son cœur, toute sa créativité.
Avoir une maison, des biens matériels et une profession rémunératrice ne suffit pas à faire de nous des gens heureux. Le bonheur est lié à l’accueil des saisons de la vie, dans toute la beauté harmonieuse de leur réalité créatrice.

L’artiste en relation d’éveil propose un accompagnement humaniste, amical, comme le ferait un ami bienveillant pour vous remonter le moral. Et au lieu de vous emmener au bistro, il vous invite dans son atelier et vous encourage à lâcher en couleur tout ce que vous avez dans le cœur, sans nul jugement, dans une présence authentiquement veillante...